Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Infos Blog Koronin

Vous êtes dans le Blog des Koronin 2014, culture du dessin, de la peinture, & notre galerie d'Art contemporain en ligne. 

Ce Blog n’est pas un forum mais un espace privé de courtoisie qui vous renseigne de manière transparente sur nos activités professionnelles. Vos interventions engagent votre responsabilité. Vos commentaires sont modérés.Les photographies & vidéos présentées dans ce Blog respectent l’article 226-1 du code pénal français.

Toutes les photos & images présentes dans ce blog sont réglementées par la propriété intellectuelle - droits d'auteurs, par l’article L. 111-1 du code de la propriété intellectuelle, articles L.121-1, L.122-1.).

©Les Koronin

Joindre Les Koronin

Les Koronin : tél & SMS (numéro non surtaxé) : 00.33.(0)6.74.04.76.82 - du lundi au vendredi de 9h à 18h (exceptés jours fériés). Ou en cliquant sur ce lien.

Publié par Prépa art Koronin

prépa art & sélection à l'entrée de l'université ?

M.Vespré, membre honoraire du Club des Anciens étudiants, me poste ce message, qu’il apprécierait que je vous diffuse dans le blog de votre classe atelier prépa art, prépa ensad, prépa ensba, prépa inp, prépa ensapc. L’article a pour sujet la sélection à l’entrée des universités.

Des présidents d’université appellent à une sélection à l’entrée - AFP

Le débat sur la sélection à l’université refait surface. Le syndicat étudiant UNI, classé à droite, l’a relancé en dénonçant voilà quelques semaines la pratique arbitraire du tirage au sort qui serait, selon lui, en plein essor. Plusieurs présidents d’université, réputés à gauche pour certains, ont depuis embrayé, n’hésitant pas à mettre les pieds dans le plat et appelant à sortir de cette ambiguïté.

De fait, la sélection à l’université existe mais se cache derrière les bi-licences ou le tirage au sort. Cette dernière pratique «existe depuis 1997, confie la ministre de l’Enseignement supérieur, Geneviève Fioraso. Ce phénomène n’est ni en hausse, ni généralisé. Il ne concerne pas plus de 25% des filières de licence», assure-t-elle. Le tirage au sort concerne les filières souvent saturées comme les STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives), mais aussi le droit ou les activités culturelles.

La pratique est légale. Mais elle fait grincer des dents. Et pose la question de «savoir si l’université doit accueillir tout le monde ou sélectionner», reconnaît le président de la Conférence des présidents d’université (CPU), Jean-Loup Salzmann, classé à gauche. Un avis partagé par le président de l’université de Versailles Saint Quentin-en-Yvelines (UVSQ), Jean-Luc Vayssière : «En droit, avec 300 étudiants dans un amphi de 200, le bâtiment va exploser, prédit-il. Je ne peux pas prendre la responsabilité de mettre des étudiants dans les escaliers...»

«Nous arrivons dans le mur»

Faut-il plus de moyens pour accueillir davantage d’étudiants ? «A-t-on intérêt à augmenter le nombre de places d’accueil pour des filières aux débouchés compliqués ?», rétorque Geneviève Fioraso. La ministre plaide pour une information des lycéens en amont, afin qu’ils s’orientent en connaissance de cause.

«Au nom d’un idéal que nous partageons tous, celui de l’ouverture de l’université, nous arrivons dans le mur», juge la présidente de Montpellier 3, Anne Fraïsse, qui envisage de recourir au tirage au sort en 2014. «C’est difficile de faire pire comme sélection», regrette-t-elle, en réclamant «des étapes intermédiaires entre une sélection complète et une ouverture sans aucune surveillance.» «Il faut trouver un curseur entre les deux», affirme cette femme de gauche, qui se dit «frappée que, sur une université qui compte 5.000 étudiants en première année, 500 aient entre 0 et 2 de moyenne générale». Elle souligne qu’une circulaire rappelait il y a quelques mois aux présidents d’université leur devoir d’accueillir des étudiants qui redoublent «pour la troisième, la quatrième, voire la cinquième fois sans avoir eu de résultat». «Pour les motifs de non-sélection, nous n’avons pas le droit de les refuser, poursuit Anne Fraïsse. Et après, on nous reproche nos mauvais résultats en première année ! Ces étudiants ont-ils leur place à l’université ? Est-on responsable des étudiants qui nous demandent une carte d’étudiant, et finalement pas grand-chose d’autre

Jean-Louis Vayssière s’emporte lui aussi contre « a sélection par l’échec en fin de première année. En anglais, trois mois après la rentrée, il ne reste que la moitié des étudiants». Il réclame des filières sélectives dès la licence, afin que l’université ne soit pas «privée de certains des meilleurs éléments». Jean-Loup Salzmann, de son côté, insiste sur l’orientation des étudiants, qui doit être «plus prescriptive». Il faut «pouvoir presque imposer, à des gens dont on sait qu’ils n’ont aucune chance de succès, d’aller dans une filière où ils seront mieux encadrés». Mais le président de la CPU réclame aussi des moyens supplémentaires. «Aujourd’hui, le nombre d’étudiants augmente de 2 à 4% par an, conclut-il. Si on veut passer de 43 à 50% d’une classe d’âge au niveau licence [l’objectif gouvernemental, NDLR], il faudra augmenter massivement les cursus.»

Source :

http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/actu/0203049301425-des-presidents-d-universite-appellent-ouvertement-a-une-selection-a-l-entree-614109.php?xtor=EPR-1005-[alerte_personnalisee]-20131007

PhM

Lire cet article dans le blog interne votre prépa art.

Commenter cet article