Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Infos Blog Koronin

Vous êtes dans le Blog des Koronin 2014, culture du dessin, de la peinture, & notre galerie d'Art contemporain en ligne. 

Ce Blog n’est pas un forum mais un espace privé de courtoisie qui vous renseigne de manière transparente sur nos activités professionnelles. Vos interventions engagent votre responsabilité. Vos commentaires sont modérés.Les photographies & vidéos présentées dans ce Blog respectent l’article 226-1 du code pénal français.

Toutes les photos & images présentes dans ce blog sont réglementées par la propriété intellectuelle - droits d'auteurs, par l’article L. 111-1 du code de la propriété intellectuelle, articles L.121-1, L.122-1.).

©Les Koronin

Joindre Les Koronin

Les Koronin : tél & SMS (numéro non surtaxé) : 00.33.(0)6.74.04.76.82 - du lundi au vendredi de 9h à 18h (exceptés jours fériés). Ou en cliquant sur ce lien.

Publié par Les Koronin

Casser les passerelles entre les grandes écoles & l'université ?

Il semble que, cet été 2014, le gouvernement de François Hollande ait décidé de favoriser l'enseignement universitaire au détriment de celui des grandes écoles avec le retrait du droit à délivrer le MASTER.
Je vous publie une lettre reçue via Educ Pro, site auquel Koronin est abonné.

Interview de Philippe Jamet.

La Conférence des grandes écoles a demandé, par une lettre de ses avocats, à l'État d'autoriser les écoles à délivrer le diplôme national de master, a révélé EducPros lundi 21 juillet 2014. Philippe Jamet, à la tête de la CGE, se défend de toute animosité et explique sa démarche : lutter contre une hiérarchisation des établissements au profit des universités.

La CGE a contesté le monopole autour du diplôme national de master. Quel est le sens de votre démarche ?

Le point de départ, ce sont les masters internationaux. L’arrêté "master" de 2002 offrait une possibilité de dérogation aux établissements, avec une certaine flexibilité, principalement utilisée par les écoles d’ingénieurs pour développer ces cursus.

LIRE AUSSI

Confidentiel. Master : les grandes écoles attaquent l’État22.07.2014

Masters internationaux : les écoles d'ingénieurs demandent des comptes au ministère17.02.2014

Pierre-Antoine Gailly (CCI Paris Ile-de-France) : "Le nouveau statut des écoles de commerce leur donnera davantage d'autonomie"15.07.2014

L’arrêté de 2014 a mis fin à cette exemption. Désormais, il faut demander un sceau extérieur : celui d’un EPSCP(établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel). Cela n’a aucune raison d’être et engendre unbrouillage inutile.

Nous avons demandé au ministère de résoudre ce problème. Faute d’avoir été entendus, nous avons lancé cette étude juridique de la question.

Résultat : une lettre de vos avocats adressée au ministère remettant en cause la légalité même de ces arrêtés…

Les observations de nos avocats sont allées plus loin que prévu. Il s’avère que l’État n’est même pas fondé, en droit, à limiter la délivrance du diplôme de master aux EPSCP. Cela dépasse désormais largement la problématique de la CGE : nous avons mis le doigt sur une fragilité juridique qu’il faut résoudre.

Passer par une requête d’avocats, n’est-ce pas un procédé quelque peu extrême, synonyme de tensions avec le ministère ?

Il n’y a aucune volonté hostile envers l’État. Même si la forme peut le laisser penser, ce n’est pas du tout le cas. Cela ne dégrade d’ailleurs aucunement nos relations, nous avons eu des échanges rationnels et dépassionnés avec Geneviève Fioraso. Nous ne sommes absolument pas dans une démarche conflictuelle.

D’ailleurs, il ne s’agit pas d’un recours contentieux, mais d’une simple demande réglementaire.

L’idée n’est donc pas d’aller en justice ?

Ce n’est pas notre intention première. Mais si l’État n’apporte pas de réponse à cette illégalité, nous demanderons au juge de trancher.

Nous remettons en cause la légitimité de l’État d’imposer un monopole des EPCSP sur les masters

Pourquoi estimez-vous ce monopole illégal ?

Nous ne contestons absolument pas le monopole de l’État sur la collation [attribution, ndlr]des grades et titres universitaires. En revanche, nous remettons en cause la légitimité de l’État d’imposer un monopole des EPSCP sur les masters.

Les écoles, même privées, devraient donc avoir le droit de délivrer un master ?

Et pourquoi pas ? L’Estaca ou CPE lyon sont leader sur leurs niches, avec des formations excellentes. Au nom de quoi ces écoles ne pourraient-elles pas obtenir le droit de délivrer un diplôme national de master ? Pourquoi devraient-elles, en amont, faire valider leur offre par d’autres établissements ?

La question statutaire ne devrait pas être au centre, il s'agit du pire critère possible. Les établissements doivent être jugés sur la qualité de leur offre et leur contribution au service public. C'est sur cela que devrait être fondé le dispositif d’accréditation.

Quel est l’intérêt des grandes écoles de prétendre à ce DNM – alors que le grade master existe par ailleurs ?

Le grade concerne les diplômes d’établissement, ce n’est pas la même question. Dans le cadre actuel de mutualisations et rapprochements entre universités et écoles, notamment avec les Comue (Communauté d’universités et établissements), nous faisons attention à ce qu'il n'y ait pas de hiérarchisation entre types d’établissements.

Or, nous voyons bien que l’État veut hiérarchiser les choses, au profit des universités. Car lorsque l’État évoque les EPSCP, il pense d’abord aux universités, ou aux Comue – bien qu’un grand nombre d’écoles d’ingénieurs possèdent ce statut.

L’excellence de l’enseignement supérieur est pourtant portée par une diversité d’établissements.

Les écoles de commerce sont-elles également intéressées par ce sujet ?

Ce n’est pas nécessairement l’une des demandes des écoles de commerce, qui ont d’abord des attentes sur le doctorat.

Aller plus loin
- La biographie de Philippe Jamet

PhM - les Koronin

Commenter cet article

Piedalu 02/12/2014 12:06

Tout ceci semble un problème d'idéologie politique, seul le public aurait la compétence souhaitable pour former de futurs ingénieurs. En sus quand on lit le cr rendu d'une étude sur les écoles d'art reprise par 'éducpro" il y a du souci à se faire pour les études supérieures.

Alberta 21/02/2015 21:01

Bonsoir,
Je ne puis qu'approuver tout ce qui à été dit précédemment. J'ai une fille qui voudrait faire des études en art et me suis rapprochée des spécialistes orientation. Les études en art : "cela ne sert à rien et pas de débouchés", en poussant un peu la question je me suis rendue compte qu'ils ne maîtrisaient pas le sujet et quand j'ai parlé écoles préparatoires en art : "cela ne sert à rien ...il y a les écoles publiques qui font beaucoup mieux ..." et j'ai eu l'impression d'avoir commis un crime : oser parler du Privé dans un établissement "Public" !! La guerre du "public" contre le "privé" est bien en cours.

Les Koronin 02/12/2014 12:49

Bonjour, Piedalu.

Il semble que la politique de l'actuel gouvernement (Hollande 2014) soit orientée vers le Tout Universitaire. Etant représentant des parents d'élèves au lycée de mon fils, je puis vous le confirmer.
Rares sont les enseignants à accepter parler Grandes Ecoles (notamment grandes écoles d'art) - ou pour vous avouer que les informations dont ils disposent sur ces filières des grandes écoles sont en nettes régressions.

Bien à vous.

42 12 16/08/2014 20:55

Chacun veut sauver sa peau en période difficile, surtout que els résultats des universités vus par le rapport de Shangaï n'est pas trop glorieux pour les universités françaises.
Il est également vrai que nous recevons beaucoup d'étudiants étrangers : normal les études en France sont quasi gratuites.

Tagada 04/08/2014 20:31

Bonsoir,
Il faut peut-être ajouter pour que l'ampleur de ce sujet soit bien comprise que cette décision impacte le CGE (conférence des grandes écoles) regroupant 220 établissements de très haut niveau des écoles françaises (le haut du panier), dont 6 grandes écoles d'art (à noter que l'inp n'en fait pas partie). Adieux les masters des beaux arts, ensad, écoles supérieure d'archi .. même l'ENA n'aurait plus droit au Master!!! A moins de demander, implorer, discuter, palabrer, menacer ... pour enfin revenir à ce qui fonctionnait correctement.
Alors?

Tartuffe 25/07/2014 18:29

Salut,
Totalement incompréhensible, sauf à comprendre qu'il y a une tentative des universités pour récupérer le monopole des formations dites supérieures.
Toutes les grandes écoles (parmi les fleurons de la formation française) et regroupées au sein du CGE ne seraient donc plus de niveau pour délivrer des diplômes dont les masters, à moins de "quémander " une autorisation??? c'est très démocratique!!