Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Infos Blog Koronin

Vous êtes dans le Blog des Koronin 2014, culture du dessin, de la peinture, & notre galerie d'Art contemporain en ligne. 

Ce Blog n’est pas un forum mais un espace privé de courtoisie qui vous renseigne de manière transparente sur nos activités professionnelles. Vos interventions engagent votre responsabilité. Vos commentaires sont modérés.Les photographies & vidéos présentées dans ce Blog respectent l’article 226-1 du code pénal français.

Toutes les photos & images présentes dans ce blog sont réglementées par la propriété intellectuelle - droits d'auteurs, par l’article L. 111-1 du code de la propriété intellectuelle, articles L.121-1, L.122-1.).

©Les Koronin

Joindre Les Koronin

Les Koronin : tél & SMS (numéro non surtaxé) : 00.33.(0)6.74.04.76.82 - du lundi au vendredi de 9h à 18h (exceptés jours fériés). Ou en cliquant sur ce lien.

Publié par Les Koronin

L'ENSBA m'adresse cette invitation, je vous la transmets telle que reçue :

Beaux-arts de Paris, vernissage paysage hollandais

L’École nationale supérieure des beaux-arts ( ENSBA Paris ) :

L’Âge d’or du paysage hollandais

Exposition du 10 octobre 2014 au 16 janvier 2015

Cabinet des dessins Jean Bonna

Vernissage le jeudi 9 octobre à 18h

Après le Paysage à Rome dans la première moitié du XVIIe siècle, l’École nationale supérieure des beaux-arts dévoile un autre aspect de sa collection de paysages dessinés, celui des Pays-Bas.

Loin de la nature et de la lumière méditerranéennes, les dessinateurs hollandais – Ruisdael, van Goyen, Cuyp etc. – développent dans ce domaine de nouvelles approches qui vont leur assurer une notoriété incontestable dans toute l’Europe. Sensibles à l’omniprésence de l’eau dans leurs contrées – fleuves, lacs, cours d’eau et canaux –, ils dressent une image vivante où pêcheurs, marins mais aussi promeneurs et patineurs s’adonnent à leurs activités quotidiennes. Voyageurs infatigables, ils sillonnent les chemins et les routes crayon à la main sur les rives accidentées du Rhin (Saftleven) et de ses affluents d’Utrecht jusqu’à Clèves, poursuivant parfois le périple jusqu’en Allemagne et même jusqu’en Scandinavie (Everdingen). On découvre à travers ce panorama des vues topographiques de nombreuses villes hollandaises, Utrecht (Saftleven), Delft (Jan van de Velde), Amsterdam (Ruisdael), Nimègue (Cuyp) ou des coins de nature particulièrement recherchés comme la forêt de Doorwerth ou les dunes sablonneuses près de Haarlem (Goyen et Molyn). Exécutés sur le vif en plein air ou retravaillés en atelier, ces dessins étaient parfois conçus pour eux-mêmes car déjà très appréciés des amateurs, parfois destinés à être gravés ou plus rarement préparatoires à des tableaux. Achetées en grande partie par Jean Masson, ces œuvres font aujourd’hui la richesse des Beaux-Arts de Paris. Frits Lugt, grand érudit et lui-même éminent collectionneur, dressa en 1950 un inventaire complet de cet ensemble. Marià van Berge Gerbaud fait aujourd’hui le point sur les récentes découvertes et les attributions de ces dernières années.

Exposition

Directeur : Nicolas Bourriaud

Chef du département du développement scientifique et culturel : Kathy Alliou

Commissaire de l’exposition : Emmanuelle Brugerolles

Vernissage le 9 octobre 2014 à partir de 18h

Beaux-Arts de Paris, Cabinet des dessins Jean Bonna, Palais des études, 14, rue Bonaparte, 75006 Paris.

Ouverture du lundi au vendredi de 13h à 18h

Fermeture exceptionnelle le mardi 11 novembre ainsi que du 22 décembre au 2 janvier

Tarif plein : 3€

www.beauxartsparis.fr

Le Cabinet des dessins Jean Bonna

Avec près de 25 000 dessins, le cabinet des dessins possède, après le musée du Louvre, la collection la plus prestigieuse. Constitué de feuilles exceptionnelles, où les maîtres tels Léonard de Vinci, Raphaël, Rubens, Poussin ou Boucher se côtoient, le fonds couvre une période plus large allant de la Renaissance à nos jours. Grâce au mécénat de Jean Bonna, un cabinet de dessins prend place au sein du palais des études en 2005, permettant de conserver dans d’excellentes conditions une partie des réserves et notamment les 3 000 feuilles de la donation Mathias Polakovits.

L’École nationale supérieure des beaux-arts ( ENSBA Paris ) :

Etablissement public à caractère administratif sous tutelle du Ministère de la Culture et de la Communication, l’École des beaux-arts développe une formation originale basée sur le travail en atelier, la diversité des pratiques et l’échange avec l’étranger. L’École délivre un diplôme de 1er cycle après trois ans d’études, et le diplôme national supérieur d’arts plastiques (DNSAP) à la fin de la cinquième année, reconnu au grade de master. Un troisième cycle de recherche complète ce cursus depuis 2012. Les Beaux-Arts accordent une grande importance aux nouvelles technologies comme à la transmission des techniques patrimoniales, ainsi qu’aux enseignements théoriques de haut niveau.

L’École des beaux-arts accueille plus de 500 étudiants, 100 professeurs, artistes enseignants et techniciens, et conclut plus de 60 accords d’échanges internationaux avec les plus grandes écoles d’art dans le monde. Elle dispose d’une médiathèque proposant, en libre accès, 45 000 ouvrages, conserve des collections de plus de 450 000 œuvres et propose un programme d’expositions au Palais des Beaux-Arts et au Cabinet Jean Bonna.

Beaux-arts de Paris, vernissage paysage hollandais

Les Koronin 2014.

Commenter cet article

Sycophante 02/12/2014 11:55

D'un côté les beaux arts vous demandent de répercuter leur communication et de l'autre (mais ce n'est pas le même service) certains rencontrés laissent entendre qu'ils refusent les prépa. Cohérence ou incohérence ou positions personnelles? cela mériterait quelques explications que l'on peut partiellement retrouver dans un article 'deducpro' que vous avez repris dans le blog.

Les Koronin 02/12/2014 12:44

Bonjour, Sycophante.

Les grandes écoles d'Art publiques sont aussi opportunistes que n'importe quelle autre forme d'entreprise ou d'activité, que l'on parle de production ou de formation, publique ou privée. Nos étudiants de prépas privées payent leurs frais de concours d'entrée, pour certains réussissent leurs concours & entrent au sein de ces grandes écoles publiques.

Cela n'empêche pas quelques personnes des secrétariats de ces écoles - comme celle de l'ENSBA Paris - de ne pas en tenir compte & d'affirmer plutôt leur idéologie à caractère politique.

Sycophante 02/12/2014 11:55

D'un côté les beaux arts vous demandent de répercuter leur communication et de l'autre (mais ce n'est pas le même service) certains rencontrés laissent entendre qu'ils refusent les prépa. Cohérence ou incohérence ou positions personnelles? cela mériterait quelques explications que l'on peut partiellement retrouver dans un article 'deducpro' que vous avez repris dans le blog.