Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Infos Blog Koronin

Vous êtes dans le Blog des Koronin 2014, culture du dessin, de la peinture, & notre galerie d'Art contemporain en ligne. 

Ce Blog n’est pas un forum mais un espace privé de courtoisie qui vous renseigne de manière transparente sur nos activités professionnelles. Vos interventions engagent votre responsabilité. Vos commentaires sont modérés.Les photographies & vidéos présentées dans ce Blog respectent l’article 226-1 du code pénal français.

Toutes les photos & images présentes dans ce blog sont réglementées par la propriété intellectuelle - droits d'auteurs, par l’article L. 111-1 du code de la propriété intellectuelle, articles L.121-1, L.122-1.).

©Les Koronin

Joindre Les Koronin

Les Koronin : tél & SMS (numéro non surtaxé) : 00.33.(0)6.74.04.76.82 - du lundi au vendredi de 9h à 18h (exceptés jours fériés). Ou en cliquant sur ce lien.

Publié par koronin

Reprise des correspondances d’artistes.

L’année précédente, j’avais arrêté ces chapitres de culture générale à Reynolds & ses premiers discours  aux étudiants en art de la Royal Academy.  Discours au nombre de quinze.

Ces discours ne sont pas ici sujets  à polémiques sur le Beau, l’existence ou non du Beau selon les avancées ou les régressions philosophiques qui enrichissent ou desservent aujourd’hui l’art contemporain, en fonction des convictions de chacun.  Pour l’étudiant en prépa art des concours des grandes écoles d’art ensad ensba inp mcrbc gobelins ensapc  erba esba  - le but de cette série d’articles demeure  la compréhension de la pensée artistique d’une époque.

9ème discours de Reynolds devant la Royal Academy, le 16 octobre 1780 (source : Ed Laurens).

«  L’Art que nous professons a le beau pour objet ; notre tâche est de le découvrir & de l’exprimer ; mais la beauté que nous exprimons est générale & intellectuelle ; c’est une idée qui n’est que dans l’esprit… C’est une idée qui vit au cœur de l’artiste, qu’on s’efforce sans cesse de mettre à jour ; mais on meurt sans l’avoir révélée.

Cependant, on communique assez de cette beauté pour élever les idées & étendre les vues du spectateur &, par un emploi proportionné de l’art, on lui donne assez d’extension pour que ses effets tournent à l’avantage public & corrigent par degrés le goût d’une nation entière. Ce résultat, s’il ne réalise pas la pureté absolue des mœurs, s’oppose tout au moins à leur plus grande dépravation, affranchissant l’esprit de l’appétit sensuel & menant les pensées des hommes par des étapes de perfection, jusqu’à cette contemplation de la vérité universelle & de l’harmonie qui commence par le goût & se termine par la vertu. »

 

PhM

Commenter cet article