Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Koronin : le Blog !

Les actualités hebdomadaires des Koronin (Philippe Morin / Artemis Irenäus von Baste), culture des arts plastiques & galerie d'Art associative en Ligne.

prepa inp : avis sur le MCRBC (master conservation restauration de biens culturels)

Je cède la plume (informatique) à l’une de mes ex-étudiantes de 2008/2009, aujourd’hui en pour quelques infos concernant le MCRBC : Master Conservation Restauration de Biens Culturels (anciennement MST - Maîtrise de Science et Technique en conservation restauration) de Paris I Panthéon Sorbonne.
Je précise de suite que les photos jointes pour illustration de l’article sont celles de l’Atelier - les étudiants de Koronin au travail – et ont donc à voir avec la prépa du concours d'entrée du MCRBC et non avec les cours dispensés par ce dernier.

prepa-inp-ensad-koronin-m.jpg  pr-pa-ensba-koronin-crayon-4.jpg
Photos Koronin : prépa inp / mcrbc et ensba au travail, chacun sur son modèle respectif. Croquis de poterie sur carnet de croquis au musée Carnavalet.

            « En introduction, cette formation s’adresse à tous étudiants qui possèdent à son actif une première année de licence validé (L1) en histoire de l’art / archéologie ou en science. Cette formation délivre un master en conservation restauration, qui d’ailleurs est le seul master reconnu par l’état a proprement parlé car la formation s’inscrit dans le cursus LMD, ce qui n’est pas le cas pour l’INP, les beaux arts de Tours ou Avignon.

Pour la petite histoire j’ai été admise au concours en « objets archéologiques »et je souhaitais vous faire part de mon expérience sur ce premier semestre de première année.


            
La première année en conservation restauration correspond à une L2 mention préservation des biens culturels, est une année difficile. Elle demande à l’étudiant beaucoup d’investissement personnel dans les cours, une grande maîtrise des sciences, et oui pour vous qui sortez avec un bac littéraire, comme c’est mon cas, accrochez vous !!!  Mais ce n’est pas insurmontable, les professeurs sont là, si besoin est, avec 4 heures de chimie au premier semestre, ça passe !!!

Si vous souhaiter des informations complémentaires, vous pouvez consulter les « epi » de paris I en allant dans l’UFR histoire de l’art et ensuite cliquer sur L2 préservations des biens culturels.

L’entrée dans la formation demande un bon niveau d’arts plastiques afin de présenter un dossier graphique. Le risque, c’est le pôle créatifs que l’on a en nous, vous savez ce petit truc qui nous distingue de certaines personnes par notre vision du monde, notre sensibilité exacerbé et souvent à fleur de peau… et selon son degré on peut se sentir très à l’aise et en harmonie avec ses études, mais dans certains cas  l’envie de créer est réellement profonde, alors on ne se sent pas à notre place… Un petit conseil, bien réfléchir avant d’entreprendre de passer le concours et d’entreprendre ses études….


La formation : ses plus et ses moins !!! En tenant compte que ceci est ma vision des choses.

Etant au sein d’une formation universitaire, on est quand même un peu lâché dans la nature, on s’aperçoit de la réalité du monde du travail, et selon ma vision, il faut s’accrocher pour trouver du boulot, les places en labo en tant que salarié sont très rares, travailler sur les chantiers de fouilles archéologiques, cela n’existe quasiment pas, ou payer « au lance pierre », la solution c’est d’avoir son atelier, travailler avec un statut de profession libéral, répondre aux appels d’offres et faire des devis, en somme c’est gérer son entreprise, ce qui demande du temps, de la sueur, et une véritable passion…

C’est aussi être assis sur une chaise et prendre des notes, avec durant la première année un peu de pratique, et cela dépend des spécialités. Les « objets d’arts, objets archéo, et objets ethno, » se retrouvent tous les mardi en laboratoire pour restaurer des céramiques archéologiques, c’est super, mais cela demande patience, dextérité, et connaissance, mais cette première année n’en délivre pas assez à mon goût ! En revanche, la L3 propose deux jours de laboratoires hebdomadaires. En ce qui concerne les autres spécialités, je ne saurais trop m’avancer, je sais juste que les « peintures et sculptures » doivent constituer un dossier palette, c'est-à-dire un dossier sur une couleur constituante d’une œuvre, faire des dégradés du noir au blanc et faire une fiche produits, sur un solvant par exemple. Les vitraillistes, doivent se débrouiller eux même, et concernant les arts graphiques, je ne sais pas trop, je sais qu’ils suivent des cours de dorures, avec les sculptures et peintures, cours donné par un intervenant extérieur.

Voili-voilou, mes conseils sont donc : être très scientifique ou du moins aimer à fond les sciences car tous les cours sont en rapport, ne pas être créatifs au sens propre du terme, être patient, méticuleux, et aussi garder à l’esprit que le restaurateur reste sous la gouverne du conservateur lors de ses interventions.

 
N.B : Je tiens à repréciser afin d’éviter toute ambiguïté que cela concerne ma propre vision de cette formation. Je ne souhaite en aucun cas décourager personne car le métier de la restauration reste un métier passionnant et magnifique !

Th.M, le 19 janvier 2010 »

koronin-pr-pa-inp---mus-e-du-Petit-Palais.jpg 
Photo Koronin : l'auteure de ce témoignage, alors qu'elle était étudiante chez nous.

PhM.
Chacun des commentaires reçu passe par une période de validation de la part d'un modérateur. Nous vous rappelons que ce Blog n'est pas un forum. Il est régit par un esprit de cordialité.
Nous n'acceptons plus les commentaires en style SMS. Nous vous demandons à ce titre de faire attention à limiter vos fautes d'orthographe. Les commentaires anonymes, sur le ton de l'insulte, racistes, sexistes, homophobes, discriminatoires, menaçants, rancuniers, les informations relatives aux enfants ou aux données privées d'une personne, ou visant à volontairement mettre mal à l'aise les participants à ce Blog
sont systématiquement supprimés. Nous vous rappelons que, sur Internet, l'anonymat est tout relatif . Votre ordinateur possède une immatriculation que même une falsification d'adresse IP  ne saurait dissimuler (source : Gendarmerie Nationale). Vos propos engagent votre responsabilité. Koronin se réserve le droit de poursuites judiciaires par saisie du Procureur de la République.
 
  

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
<br /> <br /> encore autre lien (pdf) de ufr03 : www.univ-paris.fr/.../ufr03_crbc_2009-2010.pdf<br /> <br /> <br /> chiant à lire mais instructif !!!<br /> <br /> <br /> attention infos susceptibles de modifs !<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
G
<br /> <br /> autre lien :  www.mcrbc.forumaactifs.com                    <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
V
<br /> <br /> tu peux trouver dautres infos sur www.univ-paris1.fr  et sur http://www.univ-paris1.fr/services/coordination-des-sciences-humaines/<br /> <br /> <br />  <br /> "Les titulaires d'une Licence Histoire de l'art et Archéologie peuvent poursuivre en Master Histoire de l'art, en Master Archéologie ou en Master de Sciences Humaines."<br /> <br /> good look !<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> <br /> Salut!<br /> <br /> <br /> c'est vraiment un metier passionant!<br /> <br /> <br /> merci pour les infos.<br /> <br /> <br /> jai trouve ce blog en faisant une recherche sur google... peut etre vous pouvez maider....    je susi etudiante etrangere en france et je commencerai le cour d'histoire d'art et<br /> archeologie.. L1... je sais pas trop comment ça marche en france... dans ma tete je pourrait fait ma license en histoire d'art et apres le master en conservation et restaration. est-ce que c'est<br /> possible? c'est compatible? ou je peut avoir des problemes pour l'admission au cours? est-ce que je doit changer et faire ma license en CRBC aussi?pouvez vous m'aider?<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
K
<br /> <br /> Bonjour, Danielle.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Comme promis – après quelques jours d’absence – je reviens vers vous pour vous apporter une réponse.<br /> <br /> <br /> Soyons honnêtes, celle-ci n’est pas directement de moi mais provient plus directement de la source officielle www.univ-paris1.fr. Vous pouvez donc considérer qu’elle est formelle.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> « Le Master CRBC forme au métier de conservateur restaurateur dans un certain état d'esprit, et ses choix pédagogiques en<br /> découlent. Ils mettent l'accent sur les points suivants :<br /> - une bonne culture générale de la conservation-restauration et de la conservation préventive, d'où découle une spécialisation progressive dans un domaine particulier. Arts graphiques et livre,<br /> objets archéologiques et historiques, peinture de chevalet et peinture murale, sculpture, sont les mieux représentés dans les programmes actuels.<br /> - une attention soutenue à l'histoire et à la déontologie de la discipline, enseignées comme outils permanents de réflexion et de remise en question, et non comme une suite de normes à<br /> respecter.<br /> - une méthodologie qui constitue l'ossature et l'essence de la discipline, commune à tous les domaines de la conservation-restauration.<br /> <br /> Modalité d'admission : Etre titulaire:<br /> - soit de la licence de préservation des biens culturels,<br /> - soit d'une des validations prévues aux articles L 613-3, L 613-4 et L 613-5 du code de l'éducation.<br /> Nombre de points ECTS : 60<br /> Niveau de diplôme validé à la sortie : BAC+4<br /> Langue d'enseignement : Français<br /> Rythme : Formation initiale<br /> Public : Etudiants<br /> Espace Pédagogique Interactif : http://epi.univ-paris1.fr/ »<br /> <br /> <br /> Espérant avoir répondu à votre attente…<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> PhM.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
I
<br /> Manifestement on n'a pas besoin d'être bon en français pour entrer au MCRBC...<br /> <br /> <br />
Répondre
K
<br /> <br /> Bonjour,<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Un commentaire à faire suivre à l’éducation nationale. C’est elle qui produit les bacheliers. Quant’ au MCRBC, il se contente de<br /> sélectionner ses étudiants sur concours universitaire.<br /> <br /> PhM.<br /> <br /> <br /> <br />