Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Infos Blog Koronin

Vous êtes dans le Blog des Koronin 2014, culture du dessin, de la peinture, & notre galerie d'Art contemporain en ligne. 

Ce Blog n’est pas un forum mais un espace privé de courtoisie qui vous renseigne de manière transparente sur nos activités professionnelles. Vos interventions engagent votre responsabilité. Vos commentaires sont modérés.Les photographies & vidéos présentées dans ce Blog respectent l’article 226-1 du code pénal français.

Toutes les photos & images présentes dans ce blog sont réglementées par la propriété intellectuelle - droits d'auteurs, par l’article L. 111-1 du code de la propriété intellectuelle, articles L.121-1, L.122-1.).

©Les Koronin

Joindre Les Koronin

Les Koronin : tél & SMS (numéro non surtaxé) : 00.33.(0)6.74.04.76.82 - du lundi au vendredi de 9h à 18h (exceptés jours fériés). Ou en cliquant sur ce lien.

Publié par koronin

Suite du mail de Mme Gervais (de l’ensba) qui nous poste le programme culturel. A voir une info d’importance : l’arrivée d’une nouvelle prof à l’ensba.

A retrouver les détails de chaque chapitre sur www.ensba.fr

« Les rendez-vous des Beaux-arts de Paris l’école nationale supérieure

Beaux-arts de Paris l'école nationale supérieure / 14, rue Bonaparte 75272 Paris cedex 06 / www.beauxartsparis.fr /

Contacts : Jany Lauga, responsable de la programmation culturelle, jany.lauga@beauxartsparis.fr, t. 01 47 03 54 58, assistée de Martine Markovits, pour la programmation vidéo, martine.markovits@beauxartsparis.fr, t. 01 47 03 50 45 / Tanguy Grard, responsable de la communication, mécénat et partenariats, tanguy.grard@beauxartsparis.fr, t. 01 47 03 50 05 / Contact presse : Isabelle Reyé, isabelle.reye@beauxartsparis.fr, t. 01 47 03 54 25

Documentation d’une expérience

Mardi 17 janvier à 17 h / Projection du film <... – HISTOIRE(S) DU PRÉSENT – ...> (documentation d’une expérience), 2007 – 2011, 110’, en présence de la réalisatrice Alejandra Riera, enseignante à l'École des Beaux-arts de Bourges. En collaboration avec Thomas Bauer, Judith Abensour, Epcc Talm et Festival Premiers plans d’Angers (sous réserve)

« Plutôt qu’un film, un document, Alejandra Riera y insiste, sur une “expérience d’invention poétique commune” (et chaque mot pèse ici) menée au Brésil avec le groupe UEINZZ, composé de personnes en souffrance psychique, de thérapeutes, performeurs et philosophes. Il n’est pas un mot, une tâche, une forme qui appartienne en propre à personne. Les uns glissent plutôt vers les autres. Artaud, Joyce, entre autres, livrent leurs outils à cette aventure de la discontinuité ». Jean-Pierre Rehm

Mercredi 25 janvier à 18 h / Projection de Tahrir, 2011, 90’, de Stefano Savona

Le Caire, février 2011. Elsayed, Noha et Ahmed sont de jeunes Égyptiens qui font la révolution. Ils occupent la place Tahrir jour et nuit. Ils disent, crient, chantent, avec des milliers d'autres Égyptiens, ce qu’ils n’ont pas pu dire à voix haute jusqu'ici. Les répressions sanguinaires du régime attisent la révolte : à Tahrir on résiste, on apprend à discuter et à lancer des pierres, à inventer des slogans et à soigner les blessés, à défier l’armée et à préserver le territoire conquis — un espace de liberté où l’on s’enivre de mots. Tahrir est un film écrit par les visages, les mains, les voix de ceux qui ont vécu ces journées. C’est une chronique au jour le jour de la révolution, aux côtés de ses protagonistes.

Espace et lieu –  flux d’énergies et action dynamique

Comment est fait l’espace dans l’art contemporain ? par Doris von Drathen

Historienne de l’art, Doris von Drathen est née à Hambourg et vit à Paris depuis 1990. Avec ses textes et livres monographiques, elle occupe une position singulière dans la critique d’art par un travail de continuation et de reformulation de l’iconologie Warbugienne dans le champ de l’art contemporain. Depuis la moitié des années 1980 elle publie régulièrement des textes pour des catalogues d’artistes parmi les plus importants de la scène internationale et contribue régulièrement à Kunstforum et Künstler Lexikon der Gegenwartskunst (l’Encyclopédie des artistes contemporains).

Vendredi 20 janvier à 15 h / Les énergies électromagnétiques et gravitationnelles

Des éclairs de Walter de Maria à la cage de Faraday de Rebecca Horn ; de la peinture gravitationnelle de Pat Steir à la chute libre des sculptures de Paul Wallach et aux continents qui bougent de Mona Hatoum.

Vendredi 27 janvier à 15 h / Les forces spaciales de la parole

Les murs conteurs d’histoires d’Ann Hamilton ; le poids physique de la parole chez Jaume Plensa ; du vêtement témoin de la vie à la parole faillante face aux cinq éléments dans l’œuvre de Kimsooja ; le silence parlant dans les lieux hallucinatoires mis en scène de Jannis Kounellis.

Psychanalyse, art et image IV

Depuis plus d’un siècle, l’art et la psychanalyse ont entretenu des relations étroites pour le meilleur
mais parfois aussi pour le pire. C’est pourquoi ces conférences ne proposeront ni explications de l’acte créateur ou de l’œuvre, ni psychobiographie, car « l’essence de la réalisation artistique nous est psychanalytiquement inaccessible » (Freud), mais des tentatives de cerner ce qui est en jeu dans l’acte créateur et qui, fondamentalement, nous échappe. Nul projet didactique, mais, plutôt, celui de moments de rencontres autour de questions qu’on voudrait reprendre au vif de leur émergence : comment lire les images avec la psychanalyse, elle qui ne se pratique qu’en parole ? Qu’est-ce qu’une image ? Qu’est-ce que le regard et que regarde-t-on (statut du spectateur et de l’image, présentation de l’image et représentation, etc.) ? Comment le psychanalyste est-il enseigné par l’artiste qui a accès à des sources qui nous sont « ordinairement fermées » ? Qu’est-ce que l’acte créateur (histoire singulière et acte créateur, etc.) ? Qu’est-ce qu’un artiste peut attendre de la psychanalyse ?

Ce cycle de conférences est préparé par Alain Vanier, professeur des universités, directeur du Centre de recherches Psychanalyse Médecine et Société de l’Université Paris Diderot – Paris 7.

Lundi 9 janvier à 17 h 30 / Michel François, artiste, enseignant aux Beaux-arts, entretien avec Alain Vanier

Par la sculpture, la photographie, la vidéo et les installations, Michel François s’accapare, bouscule et interroge une réalité qu’il a depuis longtemps pour habitude de parcourir en nomade. Du réel, il prélève, recadre et repositionne des fragments, zoome des situations, fige des instants qui, mis en lumière, traduisent la subjectivité de l’être, déterminent sa singularité et son irréductibilité à des schémas et à des modèles uniformes.

Événement

Vendredi 13 janvier à 19 h, amphi 1 des Loges / Comment on regarde un tableau, conférence spectacle d’Hector Obalk

À l’occasion de la parution de son dernier ouvrage Aimer Voir (éditions Hazan), Hector Obalk donnera une petite conférence sur l’esthétique de la peinture, tous siècles confondus, et la question des critères du jugement.

Hector Obalk est historien de l’art et écrivain. Auteur de nombreux essais sur l’art moderne et contemporain, il est un spécialiste de l’histoire de la typographie, ainsi que des écrits de Marcel Duchamp (dont il a édité la correspondance). Chroniqueur au journal Elle et dans l’émission Avant-Premières (France 2), il a réalisé pour arte une série documentaire Grand'art (7 épisodes à ce jour).

Nouveau professeur

Mercredi 18 janvier à 15 h / Ann Veronica Janssens

Les premiers travaux d’Ann Veronica Janssens, c’est ainsi que l’artiste les nomme – des « super spaces » : « des extensions spatiales d’architectures existantes », « des endroits pour capturer la lumière, le ciment et des caisses en verre, des espaces conçus comme des tremplins vers le vide » (in Ann Veronica Janssens, Beaux-Arts de Paris et Musée d’art contemporain de Marseille, 2004). Un vide que l’artiste voulait « mettre en mouvement, lui conférant une sorte de temporalité ». Dans cette réflexion sur le vide et à travers des installations minimalistes, ses œuvres ont pour objectif de déstabiliser les habitudes perceptives, de fluidifier ou densifier la perception, en jouant avec la matérialité, grâce à la lumière. »

Plus d’infos sur www.ensba.fr

PhM

Commenter cet article