Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Infos Blog Koronin

Vous êtes dans le Blog des Koronin 2014, culture du dessin, de la peinture, & notre galerie d'Art contemporain en ligne. 

Ce Blog n’est pas un forum mais un espace privé de courtoisie qui vous renseigne de manière transparente sur nos activités professionnelles. Vos interventions engagent votre responsabilité. Vos commentaires sont modérés.Les photographies & vidéos présentées dans ce Blog respectent l’article 226-1 du code pénal français.

Toutes les photos & images présentes dans ce blog sont réglementées par la propriété intellectuelle - droits d'auteurs, par l’article L. 111-1 du code de la propriété intellectuelle, articles L.121-1, L.122-1.).

©Les Koronin

Joindre Les Koronin

Les Koronin : tél & SMS (numéro non surtaxé) : 00.33.(0)6.74.04.76.82 - du lundi au vendredi de 9h à 18h (exceptés jours fériés). Ou en cliquant sur ce lien.

Publié par koronin

Cinquième et avant dernière partie de nos lettres et propos d’artistes, débutée fin juillet dernier, et qui s’achèvera temporairement avec la rentrée prochaine. Il sera alors temps de vous parler de notre nouvelle promotion 2010/2011 en prépa inp ensad ensba gobelins.

 

Comme nous terminions le précédent article sur le Salon des Indépendants de 1898, il m’est apparu intéressant de débuter ici par une critique du comte de Caylus à propos du Salon de 1753.

 

Rappel : le Salon de peinture / sculpture était une manifestation artistique se déroulant à Paris depuis le XVIIIème siècle. Cette manifestation exposait les œuvres des artistes agréées par l'académie des beaux-arts Sous l'impulsion de David, il s’ouvre à de nombreux artistes avant que de devenir  le « Salon de l'académie royale » sous la Restauration puis le « Salon de peinture et de sculpture » sous la Deuxième République. Depuis 1881, il prend le nom de «Salon des Artistes Français», destiné à présenter l'art officiel. L’art non-officiel est regroupé sous le sobriquet de « Salon des Refusés ». Ce dernier forme toujours aujourd’hui le Salon des Indépendants, au vernissage duquel mes étudiants prépa inp ensad ensba sont invités. Un bon moyen d’y parler en direct avec les artistes présents !

 

Critique du Comte de Caylus à propos du salon d’art de 1753 :

 

« Jamais le Salon n’a été aussi brillant, si beau, si varié et si nombreux ; tout y répondait à la réputation des artistes et aux soins de M.de Vandières, dont les connaissances acquises dans un voyage de deux ans en Italie ont perfectionné le goûte naturel…

On y voyait réunis le noble et le galant, l’austère et le badin, l’histoire et le fable, l’héroïque et le pastoral, les batailles et les allégories ; rien n’y manquait de ce qui a le dessin pour principe et pour base, de ce qui peut flatter l’esprit, les yeux ou l’imagination…

M.Carle Van Loo a fait voir, dans six tableaux de différente grandeur et d’une composition absolument variée, toutes les grâces de son pinceau et la fécondité de son génie : l’action, le repos, la dévotion, la grande machine, les tableaux de chevalet, le portrait même, tout est la preuve éclatante d’un mérite supérieur. M.Boucher a continué d ravir par ses grâces te els agréments de sa composition dans ses tableaux de Thétis et du Soleil, dans les dessus de portes faits pour Bellevue, et dans les « saisons » peintes pour un plafond de Fontainebleau : sa manière, qui est aimée et suivie, mérite l’accueil qu’elle reçoit. »

 

L’analyse de la beauté par William Hogarth, (extraits) 1805 :

Note : je retranscris le texte tel qu’il m’est présenté dans « L’analyse de la beauté, éditions Levrault-Schoell »

 

« Les principes fondamentaux de la beauté sont la convenance,  la variété, la simplicité, la complication et la quantité, lesquelles contribuent toutes à produire la beauté, en se corrigeant ou en se fortifiant mutuellement selon qu’il est besoin. (…)

Je définis la complication des formes cette disposition des lignes qui compose la surface d’un corps, qui fait  faire à l’œil une espèce de chasse agréable tel qui, par le plaisir qu’elle donne à l’esprit, mérite le nom de beauté ; et l’on peut dire avec vérité que la complication renferme plus particulièrement la cause de l’idée de la grâce qu’aucun des autres principes de la beauté, à l’exception de la variété, laquelle les contient tous ensemble.

Comme les lignes droites ne varient entre elles qu’en longueur, elles sont moins propres à la beauté. Les lignes courbes, qui peuvent varier en courbures et en longueur, sont plus propres à l’ornement que les lignes droites. Les lignes courbes et les lignes droites mariées ensemble, formant des lignes composées, ont plus de variété que els lignes courbes seules et sont, par conséquent, plus favorables à la beauté des formes.(…)

Il n’y a pas au-delà de dix ou douze artistes qui soient parvenus à posséder parfaitement toute la magie du coloris. Le Corrège, qui vivait dans un village de province et à qui la nature seule a servit de modèle,  est pour ainsi dire l’unique peintre  qui y ait excellé… Le Poussin a été bien médiocre dans cette partie, comme on peut s’en convaincre par les différents essais qu’il a faits, et l’on peut dire que l’école française n’a pas un seul grand coloriste. Rubens e tenu savamment sens teintes premières brillantes, franches et distinctes, quelque fois trop même dans ses tableaux de chevalet. »

 

Eh bien, donnons réponse à Rubens & Poussin dans le prochain article !  

 

PhM.

Commenter cet article

alabastille 25/08/2010 19:34



Bonjour,


Je reviens sur un détail relatif au plaisir ou à la facilité ou à l’esthétisme de disposer, dessiner ou croquer en modèle vivant une femme plus qu’un homme. J’ai pu approcher un cour public
(glacière) ou l’on m’a laissé entendre qu’en général les étudiants trouvaient plus  facile de dessiner un corps féminin pour expliquer les finalités de l’exercice.


De ce fait apparaîtrait une légère différence d’estimation du choix de modèle selon prise en compte du « goût des étudiants ».


J’aimerai que vous développiez - pour ma culture générale – ce point sur l’intérêt du modèle vivant et de ses protagonistes !


En ce qui concerne l’extrait de lettre de M. Hobarth, désolidarisé  de son contexte, ce me semble d’un intérêt moindre par rapport aux autres lettres présentées.




koronin 26/08/2010 09:25



Je vous y répondrai par un article, chose plus pratique & utile pour moi, vous en conviendrez !


 


Quant’ à Hogarth, eh bien si nous connaissions toujours clairement ce qui est utile à tous nous ne serions jamais en
peine satisfaire chacun. Mais ce qui est sûr, c’est qu’ici, chez Koronin, nous demandons à nos étudiants en prépa ensad ensba inp Gobelins d’adresser sur un auteur un certain nombre de questions,
de lire la suite de ses écrits afin de le tenir mieux, sans jamais se fier à leur premier jugement.


 


PhM.



Anastasia 22/08/2010 16:31



Je m’étonne que vous ayez mis en exergue les canons de la beauté, vus par M. W. Hogarth, bien que ce texte soit intéressant car datant  de 1805. Il serait parfaitement
réutilisable par toutes les époques car superficiel à souhait. En dehors du fait que son analyse se ramène  à démontrer que les courbes sont « plus propres à
l’ornementation » que les droites car se situant dans un univers à 2 dimensions, ce à quoi la droite ne peut prétendre.


C’est ce que chacun des étudiants peut constater en pratiquant le modèle vivant : une femme est tellement plus belle (et facile) à dessiner qu’un homme.


Pour le reste, en dehors d’un verbiage  pompeux, je ne vois pas l’intérêt d’une telle lettre.




koronin 23/08/2010 18:26



Je parle là de culture générale et, en ces termes, me fiche de savoir si le discours de Hogarth est pompeux. Mon travail de prépa inp
ensad ensba Gobelins etc. est entre autre de vous ouvrir des points de vue d’artistes et, par la-même, de vous amener des pistes de réflexions concernant les fondamentaux de la plastique.


 


Hogarth aura rédigé un manifeste - Analysis of Beauty (Analyse de la beauté, 1753) – dans lequel il niera avec discernement le dogme élitiste de
« mystère de la créativité ». Son manifeste aura traité de la composition picturale, la théorie des lignes, de l’éclairage et de la couleur, sans oublier l'attitude du corps et l'action
de celui-ci dans le mouvement. Mais Marcel Proust ne disait-il pas que l'art antérieur, dans la mesure où il met en lumière certaines lois, une fois vulgarisé par l’industrie, nous semble perdre
un peu de son originalité ?


 


Votre apparent désintérêt pour Hogarth vous amènerait-il entre autre à vous tromper à propos du modèle vivant ?


Dire qu’il est plus aisé & beau de dessiner une femme qu’un homme m’apparaît tenir de la méconnaissance des finalités originales
de cet élan plastique.


 


Je suis à votre disposition pour en débattre, si vous le souhaitez.


 


PhM.