Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Infos Blog Koronin

Vous êtes dans le Blog des Koronin 2014, culture du dessin, de la peinture, & notre galerie d'Art contemporain en ligne. 

Ce Blog n’est pas un forum mais un espace privé de courtoisie qui vous renseigne de manière transparente sur nos activités professionnelles. Vos interventions engagent votre responsabilité. Vos commentaires sont modérés.Les photographies & vidéos présentées dans ce Blog respectent l’article 226-1 du code pénal français.

Toutes les photos & images présentes dans ce blog sont réglementées par la propriété intellectuelle - droits d'auteurs, par l’article L. 111-1 du code de la propriété intellectuelle, articles L.121-1, L.122-1.).

©Les Koronin

Joindre Les Koronin

Les Koronin : tél & SMS (numéro non surtaxé) : 00.33.(0)6.74.04.76.82 - du lundi au vendredi de 9h à 18h (exceptés jours fériés). Ou en cliquant sur ce lien.

Publié par koronin

Ces derniers temps, le blog de votre prépa  s’était surtout tourné vers les sorties culturelles effectuées par nos étudiants en prépas ensad ensba inp ensapc  cft gobelins.  Salon des Indépendants, vernissage à l’ensba, visite à un ancien parent d’élève (promo 2010) dédicaçant son dernier roman, cours d’histoire de l’art à Notre Dame, j’avais même ouvert la porte au Blog des anciens, leur permettant de passer un ou deux post.  
Ce qui se passe dans vos salles de cours avait été un peu mis de côté ; nous y revenons, puisque le blog avait surtout été créé pour cela ! Car on ne saurait parler de prépa en art aux concours des grandes écoles  sans montrer nos jeunes en travail quotidien, & rappeler au passage que si rien ne s’apprend dans la facilité, nous ne facilitons vraiment pas les choses à nos étudiants(es) !

L’exemple en est le cours de croquis habillé de cet après-midi (un classique de notre pédagogie), nos jeunes posant entre eux, déguisés, selon des historiettes improvisées, au gré de l’inspiration. Nos créatifs découvrent ainsi que poser n’est guère aisé – regard d’autrui sur soi, obligation d’entrer dans un rôle afin que la gestuelle, mais aussi les mimiques faciales, suivent le thème.

Mais, place aux images.

                   koronin prépa poses 11.11 3
koronin-prepa-pose-11.11.jpg
                     koronin-prepa-pose-11.11-2.jpg
                     Photos Koronin.   

 

PhM
Note : Nous serons demain à la soirée de Comm du Sidaction & vendredi soir à l'Opéra Kun.

 

Retour site Koronin  

Commenter cet article

neo 10/12/2011 13:55


Intéressant.

Tarduix 10/12/2011 10:59


Bonsoir et merci de vos explications,


Par contre je souhaiterai profiter de vos colonnes pour informer toutes les personnes qui passent le concours de l’inp, ou de toute autre
grande école d’art, que l’on trouve tout et n’importe quoi sur la toile. D’après ce que j’ai pu lire, nombreux sont les intervenants qui  ont des idées (« surtout des
idées » comme le répétait le regretté Coluche). Ma fille s'y accroche : quelqu'un lui a écrit : "bosse ton histoire de l'art, c'est ce qui compte , le reste, quelques cours de dessin
suffisent".


Il est vrai que dans notre mentalité ce qui est écrit à valeur d’évangile ! Nos anciens avaient leur 
« Aristotélès dixit » (que j’ai retrouvé sur un site de philo écrivant que « La crédulité serait ainsi une trop grande docilité, une trop grande soumission à l'autorité ») et cela
nous a fait rire, maintenant nous avons « internet dixit » et cela ne me fait plus rire.


Bien à vous.

koronin 10/12/2011 11:58



Etes-vous sûr que l’interlocuteur (trice) de votre fille ne passerait pas le concours inp
2012 &  ne chercherait pas  à déjà éliminer la concurrence ? Prendre « quelques cours
de dessin » est méconnaître  l’enjeu même du dessin à  vue (dessin au trait) :


a)     
saisir la ligne comme moyen de représentation élémentaire,


b)     
comprendre que la  nature même de
l’instrument & celle du support influencent  l’aspect du trait, son « caractère »


c)     
Qu’un graphisme suggère la matière, mais aussi les volumes.


d)     
Se rendre compte qu’il ne suffit pas de lire (ou d’apprendre par cœur) ces points précis
pour être capable de les appliquer dans une épreuve de concours.


e)     
Que tout ceci s’applique aussi en épreuve de copie, ou pour les points b) & d) pour
l’épreuve de couleurs (admissions, excepté le département textile).


Parions que la  personne dont votre fille
semble suivre les conseils devrait forcément trouver les miens inadéquats !


PhM 



tarduix 04/12/2011 11:32


Bonjour,
Ce commentaire est en dehors du sujet présent . Par contre il m ‘importe d’avoir un avis circonstancié.
J’ai parmi mes relations quelqu’un qui souhaite se présenter au concours de restaurateur des œuvres d’Art.
Je suis surpris par la manière dont cette personne s’y prépare. J’ai l’impression que, malgré que ce concours soit maintenant ouvert aux bacheliers  selon les informations trouvées sur le
site de l’inp, nombreux sont les postulants qui viennent de l’université avec un niveau « master » en histoire de l’art. A mon avis des jeunes gens largement orientés vers des études ou il est
largement fait appel à la mémoire des cours.
Je constate donc que ma relation se retranche souvent dans son histoire de l’art et ses cours, au lieu de croquer, dessiner, peindre pour tenter de comprendre ce qui fait la spécificité de
l’artiste. Cela est-il normal pour un candidat à la restauration et futur restaurateur ?
Pour ma part, j’ai toujours eu idée que la restauration n’est pas uniquement une ‘Technique à appliquer , mais que la connaissance de l’art (autre qu’historique), des artistes et de leur
conception de leur travail, de la façon dont ils aimaient peindre et tenir le pinceau … en fait l’environnement créatif, est tout aussi importante. De plus savoir dessiner, peindre, sculpter … me
paraît indispensable pour comprendre comment et pourquoi les artistes ont réalisé leur œuvre pour pouvoir ensuite la ‘réparer ou la restaurer’.
Alors pourquoi ne s’intéresser qu’à l’histoire de l’art ?
J’ai besoin de comprendre. Ai-je tord ? ai-je raison ?
Merci de vos explications.

koronin 05/12/2011 11:22



Bonjour, Tarduix.


Pour beaucoup d’étudiants en prépa du concours inp, l’histoire de l’art apparaît comme une valeur « refuge » car il suffit
d’apprendre ses cours & de disposer d’une bonne organisation pour disserter. Hélas, au regard de l’épreuve du concours, telle qu’elle se présente désormais de plusieurs années, le candidat
devra aussi faire preuve d’une bonne connaissance générale de la technique des matériaux, & pas seulement dans son domaine de prédilection. En effet, le nombre de vignettes est limité, le
candidat devra choisir de disserter  sur d’autres formes d’art, de façon plus générale. L’on constate même une nette tendance à l’art
moderne !


Que votre fille lise bien les rapports des jurys.  Il y est fait mention, de façon
récurrente, de trop de copies d’histoire de l’art dans lesquelles on ressent toujours la même provenance universitaire, alors que quelques fois, quelques copies se distinguent par leur
ouverture sur l’actualité : la culture générale.  


Il est évident que le dessin, les autres épreuves manuelle du concours inp réclament entraînement é ténacité. On ne forme pas un
dessinateur, un peintre, un sculpteur à partir des bancs d’un amphithéâtre en lui faisant étudier des bouquins !  Ce sont les mains dans la
matière, face au modèle, des heures & des heures durant que l’on parvient à saisir le mouvement d’une forme plastique, que l’on soit en dessin à vue ou en copie d’oeuvre.  Sans un œil bien formé à la composition plastique, par le travail manuel (& non par des rapports littéraires), le candidat n’a pas grande chance.
 


Forcément, le travail manuel artistique ne répond pas à des « trucs » scolaires, à de l’apprentissage par cœur, à l’application
mécanique de procédés près à digérer. Ce travail manuel plastique demande un investissement permanent, risqué, inconfortable, car il met le candidat devant ses défauts, ses manques.  Impossible de les dissimuler !  Forcément, beaucoup le fuient.


PhM